Le design vintage à vivre dans les chambres du Hameau des Baux

Posté par: Anthony Subra Dans: Actualités Le: mardi, juin 19, 2018 Commentaire: 0 Like: 147

Depuis 2014, Emmanuelle Vidal, antiquaire ensemblière pour Monolithe vintage, apporte une signature « absolument moderniste » toute rimbaldienne au Hameau des Baux, hôtel 5 étoiles de 21 chambres situé au coeur du Parc Naturel Régional des Alpilles. Cette spécialiste du design des années 50 à 70 a décoré cette année encore 12 chambres au travers d’une sélection spécialement pensée pour s’accorder avec l’architecture traditionnelle provençale. Les bois de merisier ou de palissandre dialoguent avec les pierres naturelles de Provence ; les lignes pures imaginées par les maîtres du modernisme se détachent artistiquement dans le bleu céruléen du ciel des Alpilles.

.

La Génoise.

Une belle chambre baignée de lumière nichée à l’étage de la bastide principale, des poutres existantes et son parquet d’origine, une touche de couleur : du bleu, un subtil mélange qui s’harmonisera avec le mobilier vintage sélectionné une enfilade et une coiffeuse en chêne 1960, une paire de fauteuils en rotin des années 50 et une table basse en laiton doré, métal laqué noir et verre.

.

.

La Fenière.

Dans cette grande chambre très ensoleillée, le bois est partout avec le parquet d'origine et les poutres anciennes, gardant son charme authentique. Nous avons choisi la simplicité: des murs blancs et des couleurs vertes et bleues pour les coussins, les rideaux et les assises. L'atmosphère du lieu est soulignée par les meubles : un buffet danois des années 1960 avec quatre tiroirs au milieu et des portes coulissantes laminées blanches et bleues et un élégant lampadaire danois des années 60 sont complétés par une paire de fauteuils des années 1950 de Pierre Guariche tapissée d'un tissu bleu vif et d'une table basse des années 1950 de Maurice Pré en frêne noirci. Un banc des années 1960 en bois massif par John Keal est délicatement placé au pied du lit. Un décor provençal avec un design vintage : un challenge réussi.

.

.

La Bergerie.

Une belle chambre de plein pied ouverte sur une terrasse privée. Des poutres anciennes, un sol en pierre gris foncé et des murs blancs, Une cloison en bois ajouré peinte en noir pour créer un contraste et séparer le salon du coin nuit. Harmoniser des époques stylistiquement différentes, une paire de fauteuils 1950 en tissu bicolore, une table basse 1970 en stratifié blanc et métal chromé de Georges Frydman face à un canapé contemporain de chez Gervasoni. Contre le mur un bureau en chêne 1950 de Jacques Hauville et un fauteuil de Ilmari Tapiovaara. Au pied du lit, délicatement posé un banc à lattes et métal laqué noir 1950.

.

.

L'École et l'Étude.

Dans un des mazets du Hameau des Baux se trouvent deux chambres très lumineuses : l’Étude et sa terrasse intime au rez-de-chaussée, et l’École à l’étage.

L’École : Notre choix d’un vert tendre pour l’un des murs met en valeur le sol et le plafond en bois foncé et les superbes jeux de poutres qui traversent la chambre. Une paire de rideaux de la maison Dedar apporte une touche finale à la décoration. Dans un coin de la chambre, un ravissant bureau scandinave en teck et sa chaise des années 1960 trouve naturellement sa place, joliment éclairé par une lampe en tôle et laiton 1950. De l’autre côté de la monumentale demi-cloison/tête de lit, une paire de fauteuils 1950 en velours bleu vient réchauffer l’ambiance, accompagnée d’un guéridon en bois et marbre du designer américain Edward Wormley. Deux porte-bagages de Charlotte Perriand complètent le décor de la chambre.

L’Étude : Cette chambre très lumineuse supporte sans peine un grand mur peint d’un vert profond. Le décor de la partie salon s’organise autour d’une paire de fauteuils italiens des années 1960 en tissu noir et piètement bois séparés par une table/console 1970 en métal noir et verre. Le coin travail abrite un bureau du designer français Jacques Hauville en chêne des années 1950 et une chaise en métal noir et assise en tissu assorti. Une paire de guéridons Knoll d’Eero Saarinen à piètement noir et plateau en marbre vert est également disposée dans la chambre. La fenêtre est encadrée par de sublimes rideaux de l’éditeur de tissus Dedar.

.

.

La Chapelle.

Un nom qui évoque le souvenir pour cette suite composée d'un salon et d'une chambre ouvrant sur une terrasse privative. La sobriété des murs blancs induit raffinement et douceur. Ces émotions sont soulignées par une sélection de rideaux à motifs ivoire et noir de la maison Dedar. Dans le salon, un meuble des années 1970 en palissandre de Florence Knoll côtoie une paire de fauteuils des années 50 revêtus d'un tissu ivoire de la maison Lelièvre. Sur le tapis, une belle table basse des années 70 fait face à un canapé contemporain de Gervasoni et à deux lampes de Gae Aulenti. Dans la chambre, la sobriété et l'élégance sont les maîtres mots : un sol en pierre claire, des poutres anciennes, des murs blancs et la verrière originale. Une touche des années 1970 avec une commode et une bibliothèque en métal noir et laiton doré par Pierre Vandel de chaque côté de la fenêtre avec des rideaux en ivoire et moiré noir de la maison Dedar.

.

.

Votre avis nous intéresse

Laissez-nous un commentaire

Top